Spip d’archivages Institut Universitaire de Formation des Maîtres - philippeclauzard.com
Accueil du site > Autour de recherches > Mémoires > Réaménager l’articulation théorie/pratique... en IUFM

Réaménager l’articulation théorie/pratique... en IUFM

vendredi 7 octobre 2005, par Philippe Clauzard

Une stagiaire interviewée suggère de faire rentrer l’école à l’IUFM avec les enfants et pas uniquement les maîtres-formateurs ; mélanger l’école et l’IUFM. Il semble pour la même stagiaire que ce métier de professeur des écoles, "c’est plus de l’artisanat qu’un métier d’intellectuel. Il y a du savoir-faire, il y a du savoir être pour le prof des écoles". Elle ajoute aussi : "c’est quelque chose qui serait en rapport avec une situation professionnelle comme dans les métiers du bâtiment. Quelque chose comme ça. Et là on a une formation universitaire, ça ne colle pas.". Elle précise : "Il faut comme dans la formation des gens du bâtiment des ateliers où on l’on met des matériaux : du ciment, du plâtre, de la peinture... pour les professeurs des écoles, il faudrait nous mettre une classe, des enfants, un tableau, des outils de gestion de la classe au quotidien."

3-4 :Réaménager l’articulation théorie/pratique ; donner un tuteur à chaque futur enseignant...

Une stagiaire interviewée suggère de faire rentrer l’école à l’IUFM avec les enfants et pas uniquement les maîtres-formateurs ; mélanger l’école et l’IUFM. Il semble pour la même stagiaire que ce métier de professeur des écoles, "c’est plus de l’artisanat qu’un métier d’intellectuel. Il y a du savoir-faire, il y a du savoir être pour le prof des écoles". Elle ajoute aussi : "c’est quelque chose qui serait en rapport avec une situation professionnelle comme dans les métiers du bâtiment. Quelque chose comme ça. Et là on a une formation universitaire, ça ne colle pas.". Elle précise : "Il faut comme dans la formation des gens du bâtiment des ateliers où on l’on met des matériaux : du ciment, du plâtre, de la peinture... pour les professeurs des écoles, il faudrait nous mettre une classe, des enfants, un tableau, des outils de gestion de la classe au quotidien." Je ne pense pas que la dimension universitaire exclut la dimension professionnelle de la formation. Universitariser peut s’articuler à professionnaliser. Il paraît un peu facile d’opposer l’intellectuel au manuel. Il est vrai que le métier doit "rentrer", mais les « ficelles » s’inventent aussi au fil du parcours professionnel. Beaucoup de choses s’apprennent en "chemin", sur le "chemin de la classe". Vraisemblablement, faut-il que les PE2 vivent moins une impression d’abandon, d’être jeté dans la "fosse aux lions" sans armes, des échecs démotivants au regard de représentations personnelles par trop idéalisées de leur métier et d’une sur-valorisation de leur formation initiale. Revaloriser le côté pratique du dispositif de formation ne peut pas devenir prétexte à moins de distanciation de l’activité, moins de conceptualisations et de théories à s’approprier qui sont de précieux outils professionnels pour la carrière durant. Notons cependant que l’activité recèle de "concepts pragmatiques" que nous révèle la didactique professionnelle. Une redéfinition de l’alternance cours en institut/stage en école pourrait répondre à l’attente la plus forte des PE2, accompagnés par un tuteur tout au long de leur scolarité. Il s’agirait d’amplifier leur présence sur le temps, de mieux alterner dans le temps les cours, les stages et l’entre-deux que seraient les ateliers professionnels de préparation et analyse de l’activité enseignante ( mêlant apprentissage concret du comment mettre en situation d’apprentissage, comment animer un cours, comment programmer des enseignements, comment les évaluer... mais aussi comment analyser sa prestation enseignante : comment se laisser enseigner par celle-ci, comment identifier des zones ou niches de développement cognitif de nouvelles compétences, comment favoriser un « détour réflexif » ( séquences filmées, récits d’activités, confrontation avec d’autre PE2...). Un dispositif de positionnement devrait, au préalable, établir un parcours personnalisé de la formation ( remises à niveau en maths et français, cours supplémentaires pour les personnes intégrant la formation directement en 2ème année, compléments dans des matières secondaires selon le portefeuille de compétences déjà acquises...) au moyen de tests et entretiens. Un stage de découverte de l’ « univers école » lors de la rentrée scolaire, ainsi qu’un travail collectif sur les représentations du métier devrait, avec une présentation complète de l’institution scolaire ( système, carrière, contraintes, avantages...) compléter ce dispositif à planifier pendant les quatre premiers mois de formation, juste avant un concours de Professeur des Ecoles qui devrait être, selon les dernières annonces ministérielles, ramené de juin à janvier. Certaines représentations des futurs enseignants en IUFM peuvent être à l’origine de certaines frustrations des PE2. Faire un pré-stage avant l’entrée et l’adhésion définitive à l’IUFM donne droit à une erreur d’orientation professionnelle qui doit être autorisée et reconnue.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0