Spip d’archivages Institut Universitaire de Formation des Maîtres - philippeclauzard.com

Texte d’étude retravaillé

Analyser le travail enseignant

lundi 18 mars 2013, par Philippe Clauzard

Analyser l’enseignement comme un travail comme un autre afin de mieux le maîtriser et le réguler.

Tout travail présente des avantages et des inconvénients, les possibilités d’inventions, d’innovation mais des contraintes, des obligations.

8 contraintes dans le travail enseignant analysées par Marc Durand :

- Contrainte numéro 1 : il y a des objectifs généraux assignés aux enseignants, le système éducatif présente des finalités et dirige le travail enseignant
- Contrainte numéro 2 : le travail enseignant possède une inscription scolaire, dans l’école
- Contrainte numéro 3 : le savoir à transmettre et verticalement découpé, tâche et contrainte sont à respecter
- Contrainte numéro 4 : l’enseignant n’a pas le choix de ce qu’il enseigne.
- Contrainte numéro 5 : l’enseignement est aussi structuré horizontalement avec la classe
- Contrainte numéro 6 : la tâche d’enseignement et apprentissage est limitée dans le temps et dans l’espace
- Contrainte numéro 7 : les individus auxquels le professeur s’adresse sont des élèves
- Contrainte numéro 8 : il existe une prescription de la nation des savoirs enseigner à fonction sommative et fonction formative

Les verbes d’action du travail de l’enseignant :

- Décider : Arrêter, choisir, Conclure, déterminer, Éliminer, juger, fixer, Poster, régler, Résoudre, trancher.
- Gérer : Acquérir, budgéter, comptabiliser, Consolider, économiser, enrichir, équilibré, exploiter, gagner, investir, optimiser, rentabiliser.
- Diriger : animer, commander, définir, déléguer, gouverner, guider, impulser, inspirer, instituer, manager, conduire, piloter, présider.
- Organiser : Aménager, anticiper, arranger, coordonner, distribuer, Réparer, prévoir, programmer,.
- Communiquer : Dialoguer, discuter, échanger, écouter, Exprimer, interviewer, - Négocier, partager, renseigner, transmettre.
- Développer : Accroître, améliorer, augmenter, conquérir, élargir, détendre, déclencher, argumenter, lancer, progresser, promouvoir, implanter.
- Contrôler : Enquêter, tester, valider, Évaluer, ...
- Créer : adopter, améliorer, concevoir, construire, découvrir, élaborer, imaginer, innover, Renouveler, transformer.
- Négocier : Acheter, arbitrer, argumenter, conclure, consulter, convaincre, démontrer, discuter, influencer, sélectionner.
- Produire : Faire, réaliser, appliquer, exécuter, effectuer.
- Administrer : classer, compter, enregistrer, établir, gérer, inventorier, ranger, recenser, régir, répertorier.
- Former : Animer, apprendre, conduire, développer, éduquer, entraîner, éveiller, instruire, sensibiliser, transformer.
- Chercher : Analyser, calculer, consulter, enquêter, étudier, examiner, expérimenter, observer, rechercher, Sonder, prospecter.
- Conseiller : Aider, clarifier, comprendre, éclairer, écouter, guider, inciter, orienter, préconiser, proposer, recommander, diagnostiquer.

Le script d’enseignement multiples et complexes : c’est un "multiplexe". Le "multiplexe enseignant" est une tentative de formalisation du travail enseignant afin de le faciliter au sein de situations variables et complexes d’enseignement - apprentissage et d’éléments organisateurs stables de l’activité de l’enseignant permettant de lire la situation a laquelle il est confronter, de manière à se guider et effectuer les décisions et planifications pertinentes.

Reprendre son travail sur les gestes professionnels et le script d’enseignement et d’apprentissage, penser le métier dans une co-activité prof/côté élèves. Orienter son travail dans une fine dialectique entre geste d’enseignement et geste d’étude des élèves. Quel est leur entrelacement précis ?

Question quel est le mobile qui fonde le travail enseignant ? Le mobile est ce qui tire, ce qui est oriente l’action de l’enseignant. Les outils d’enseignement développent de l’efficacité, ils génèrent de nouvelles possibilités liées à des buts, avec in fine l’objectif d’efficience afin de rejoindre un mobile de réussite des élèves, de tous les élèves, même les élèves en difficulté.

Modélisation du "faire classe"  : On peut se demander si le squelette d’un script–avec des phases d’enrôlement dans une tache, d’énonciation d’un but et d’une consigne scolaires, d’accompagnement dans la tache des élèves et d’explications exigées par la notion enseignée, comme de contrôle des apprentissages en alternant contrôle collectif et contrôle individuel et pour conclure la procédure d’institutionnalisation de ce qui a été appris–n’est pas généralisable à toutes les situations de classe.

Le script de classe entrelace les actions planifiées des enseignants et les hypothèses sur les réactions des élèves. Il comprend une part d’invariance avec les organisateurs génériques des situations d’enseignement apprentissage et une part de variabilité dans la mesure du prévisible de la singularité des situations futures d’enseignement apprentissage.

La notion de gestion de classe renvoie un vaste répertoire de comportements professionnels de l’enseignant. L’organisation des éléments planifiés dans une réalité spatio-temporelle contextualisée en fonction des différentes dynamiques de groupe. Le contrôle dans le feu de l’action qui se déroule en salle de classe.

Un certain nombre d’auteurs considérent que la notion de gestion de classe comprend la mise en place des conditions de base propices a l’apprentissage. La gestion de classe ou autrement dit la conduite de la classe serait un préalable, une enveloppe de l’approche didactique des contenus. Cette gestion comprend l’organisation matérielle, sociale et interactive de la salle de classe.

Cette conduite de la classe suppose les capacités suivantes :
- capacité a organiser un environnement propice à l’apprentissage
- gérer un climat de travail et un esprit de groupe
- gérer l’espace et le matériel
- gérer un code de vie en classe
- capacité de gérer des situations pédagogiques
- habileté à communiquer
- habilité à gérer l’action en salle de classe
- habilité à gérer les transitions
- habilité à questionner
- habileté à gérer différentes structures de classe
- habilité à gérer les comportements déviants

Ces ensembles d’habiletés et de capacités ne forment-ils pas des gestes d’enseignement ? Comment un enseignant produit-il un apprentissage, même si les contenus sont bien hiérarchisés, s’il n’a pas le contrôle des comportements des élèves en classe ?

Pour conclure la gestion de classe est un concept en émergence qui peut se compléter avec la notion de script de classe et de gestes professionnels des enseignants.

Le choix de la tâche confiée à l’élève est une activité de conception didactique importante. Car elle peut servir de support et d’obstacle au moment de l’apprentissage. Beaucoup de choses qui se jouent dans la séance d’apprentissage sont rétrospectivement prévisibles en analysant cette activité de conception. Comment l’activité de conception se développe-t-elle en mobilisant implicitement les difficultés cognitives pressenties ?

Les espaces de réflexivité professionnelle entre enseignants, les possibilités d’auto confrontations permettent de relancer le métier par une relance de la parole, une mise en réflexivité sur les actions effectuées en classe, une observation conjointe de l’agir de l’enseignant. C’est la possibilité d’élargir le pouvoir d’agir de l’enseignant, son pouvoir d’agir et celui de son collègue avec quel lequel on peut effectuer dans des espaces institutionnalisés ou chez soi un travail d’auto confrontations au film de son action de classe. La présence d’un tiers, un formateur, voire un conseiller pédagogique est essentiel de manière à ce que le discours sur la pratique puisse déboucher sur des effets valorisants, des mises en perspective, un apprendre de ses situations concrètes de travail. Revenir sur ses actions, revenir sur ses préoccupations lors de son agir est une manière de penser et repenser le travail enseignant.

À noter l’importance de la pensée réflexive dans l’acquisition de compétences professionnelles : il s’agit pour l’enseignant vivant une situation délicate de faire un retour réflexif sur cette situation. C’est une stratégie de métacognition où il est nécessaire que l’enseignant se représente la situation et son propre comportement, tels qu’ils ont été vécus et non pas dans un mode illusoire. Toutefois il n’est pas évident que les enseignants aient une perception réaliste et exacte de leurs compétences. Il y a une tendance naturelle à sur estimer ou bien sous estimer.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0