Spip d’archivages Institut Universitaire de Formation des Maîtres - philippeclauzard.com
Accueil du site > Cours de Formation à et par la recherche > Focus sur l’entretien d’explicitation

Focus sur l’entretien d’explicitation

dimanche 3 mars 2013, par Philippe Clauzard

L’entretien d’explicitation est un entretien qui vise une description aussi fine que possible d’une activité passée, réalisée par une personne en situation de pratique professionnelle ou engagée dans la réalisation d’une tâche. Élaboré par le psychologue et chercheur Pierre Vermersch (CNRS, GREX), cet ensemble de techniques permet d’accéder à des dimensions du vécu de l’action qui ne sont pas immédiatement présentes à la conscience de la personne. Le but de cet entretien est de s’informer, à la fois de ce qui s’est réellement passé ainsi que des connaissances implicites inscrites dans cette action.

Si l’entretien d’explicitation (EdE) permet un retour réflexif aussi bien sur le fonctionnement cognitif dans la réalisation d’une tâche que sur le vécu d’une pratique professionnelle, c’est qu’il centre son questionnement sur la mise au jour des éléments implicites du vécu de l’action. Suivant Piaget qui affirme que « l’action est une connaissance autonome », P. Vermersch considère l’action comme une source privilégiée d’informations pour comprendre les aspects fonctionnels de la cognition. Le concept d’action est pris dans sa dimension procédurale plutôt que sur les aspects conceptuels, généralisants, schématiques ou imaginaires et créatifs. L’action, comme connaissance autonome est largement opaque à celui qui l’a accomplie et, dans toute action, il y a un savoir pratique préréfléchi, c’est-à-dire non conscient pour la personne qui agit. Essentiellement, il s’agit d’accompagner la personne dans les étapes de la prise de conscience2,1. Ces étapes correspondent à deux processus distincts : un processus de réfléchissement qui permet au sujet de recontacter son vécu subjectif, d’en déployer les aspects implicites et d’en effectuer une mise en mots ; un processus de réflexion sur le vécu mis à jour qui consiste à prendre pour objet de réflexion le contenu de la description. Les techniques d’explicitation concernent principalement la mise en œuvre du réfléchissement.

Faire apparaître la verbalisation de l’action est parfois spontané comme dans l’épisode de la madeleine de Proust, mais le plus souvent, il s’agit de créer les conditions nécessaires pour que l’interviewé puisse rendre compte le plus finement possible de ce qu’il a fait réellement, de comment il s’y est pris pour faire ce qu’il avait à faire. Ce sont ces conditions et un changement didactique, le passage de l’interrogation au questionnement, qui constituent les principales caractéristiques des techniques d’explicitation :

Proposer un contrat de communication. Tourner l’attention de la personne vers une situation singulière qui s’est effectivement déroulée. La verbalisation ne porte pas sur une classe d’actions, mais concerne une tâche réelle, spécifiée dans le temps et dans l’espace. Faire évoquer la situation de référence. Cela suppose que la personne entretienne avec ce dont elle parle une position particulière, la position de parole incarnée, qualifiée "d’impliquée", dans laquelle la personne est davantage en contact avec son expérience passée qu’avec la situation présente de communication en entretien. Guider vers l’évocation sensorielle, de manière à solliciter la mémoire concrète,3. Cette mémoire se déclenche par l’activation d’un élément sensoriel qui fonctionne de manière involontaire, ce qui conduit à éviter toute volonté de recherche du contenu à rappeler. Distinguer des catégories de verbalisation (les satellites de l’action) et relancer le questionnement vers les informations concernant l’action. Questionner en fonction du caractère préréfléchi de l’action : questions descriptives, questions sur les gestes (témoins du préréfléchi), relances sur les dénégations (le préréfléchi n’est pas connu, le déni masque l’existant). Questionner en fonction des propriétés de l’action et de son déroulement. Accompagner la prise de conscience avec un guidage s’effectuant en structures (déroulement temporel, cycle de l’action) et non en contenus.

Comme toute technique, l’entretien d’explicitation fait l’objet d’une formation de base par la pratique encadrée de celui-ci.

Suite de l’article : http://fr.wikipedia.org/wiki/Entret...


L’ ENTRETIEN D’EXPLICITATION comme instrument de recueil de données CLAUDINE MARTINEZ UFR-STAPS de Montpellier Département formation des maîtres

RESUME. L’entretien d’explicitation s’intéresse au vécu de l’action, et plus précisément aux informations de type procédural, dans le but de reconstituer la structure de l’action. Il est constitué d’ un ensemble de techniques. Il permet de mettre à jour un champ d’informations, considéré jusqu’à présent inaccessible. L’entretien d’explicitation permet de faire opérer le réfléchissement (au sens piagétien) de ces informations du plan du vécu du sujet, au plan de sa représentation, entraînant ainsi une ou des prises de conscience par le sujet. Se pose le problème de la validation des verbalisations obtenues. Nous disposons d’indicateurs de validation, certains externes (triangulation), d’autres internes. Cet outil se situe dans une approche de recherche de type qualitatif et clinique (au sens large).

MOTS-CLES : Recherche qualitative, verbalisations, subjectivité du sujet, vécu et déroulement de l’action, pré-réfléchi, prise de conscience.

Suite de l’article : http://www.grex2.com/assets/files/e...


La pratique de l’entretien d’explicitation (EdE) prao.centredoc.org/opac/doc_num.php ?explnum_id=135


L’entretien d’explicitation, exemples et applications. Maryse Maurel. Cet article a été écrit pour le numéro spécial de JCS : http://www.expliciter.x-sides.net/I...

Voir en ligne : Site de sensibilisation à l’explicitation

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0